Comment investir en professionnel?


Gestion des risques

Evaluation des performances

Comprendre les recommandations des analystes financiers

Données d’une séance boursière

Trading en ligne


 

Gestion des risques


Lorsque vous investissez, vous prenez des risques certains. Avec  les placements bancaires assurés, comme les comptes sur carnet ou les dépôt à terme, vous faites face à des risques d'inflation, ce qui signifie que vous ne pouvez pas gagner assez d'argent dans le temps pour suivre le rythme de l'augmentation du coût de la vie.

Avec des investissements qui ne sont pas assurés, comme les actions, obligations et parts d’OPCVM, l’investisseur court le risque de voir son investissement perdre de la valeur, ce qui peut arriver si le prix baisse et qu’il vend pour moins que ce qu’il a payé pour acheter.

Si vous connaissez les types de risques que vous pourriez rencontrer, faire des choix sur ceux que vous êtes prêt à prendre, et de comprendre comment construire et équilibrer votre portefeuille pour compenser d'éventuels pertes, vous gérez le risque d'investissement à votre avantage.

Pour beaucoup d’investisseurs, il est préférable de gérer les risques en constituant un portefeuille diversifié qui détient plusieurs types de placements. Cette approche permet qu'au moins une partie des investissements augmente en valeur sur une période à moyen et long terme. Donc, même si le rendement d’autres investissements est faible, les résultats globaux peuvent être positifs.
 

- Types de risques :

Risque systémique :

Le risque systémique est également connu comme le risque de marché et se rapporte à des facteurs qui influent sur l'économie en général ou sur les marchés financiers en particulier. Le risque systémique affecte toutes les entreprises, quelle que soit leur situation financière, leur gestion ou la structure de leur capital. Voici quelques-uns des risques systémiques les plus courants :

  • Le risque de taux : Risque de la baisse de valeur d'un titre en raison des changements des taux d'intérêt.
  • Le risque d'inflation : Risque de l’augmentation des prix des biens et services, et donc le coût de la vie, qui fait réduire le pouvoir d'achat.

Le risque d'inflation et le risque de taux d'intérêt sont étroitement liés, vu que les taux d'intérêt augmentent généralement avec l'inflation. Pour cette raison, le risque d'inflation peut aussi réduire la valeur de vos investissements.

  • Le risque de liquidité : est le risque de ne pas pouvoir acheter ou vendre des titres rapidement pour un prix qui est proche de la valeur réel du titre. Parfois, vous n’êtes pas en mesure de vendre le titre en l’absence d'acheteurs pour le dit titre. Le risque de liquidité est généralement plus élevé dans les marchés de gré à gré et les marchés d’actions de petite capitalisation.

Risque non systémique :

A la différence de risque systémique, le risque non systémique affecte un nombre beaucoup plus restreint d’investissements. Il est associée à l'investissement dans un produit, une entreprise ou un secteur d'activité particuliers.
On peut citer quelques exemples :

  • Risque spécifique : aussi connu comme le risque d'entreprise, se réfère à l'impact que les décisions de mauvaise gestion, d'autres faux pas internes, ou même des situations externes peuvent avoir sur la performance d'une entreprise et, par conséquent, sur la valeur des investissements dans cette société. Même si vous analysez attentivement une entreprise avant d'investir et il semble qu’elle ait une gestion solide, il n'y a probablement aucun moyen de savoir qu'un concurrent est sur le point de lancer un produit de qualité supérieure sur le marché. Il n'est pas facile de prévoir un scandale financier ou personnel qui compromet l'image d'une entreprise, son cours de bourse, ou la notation de ses obligations.
  • Risque de défaut ou risque de crédit : C’est la possibilité qu'un émetteur obligataire ne paie pas d'intérêts comme prévu ou de rembourser le capital à l'échéance.

- Evaluation des risques :

Bien connaitre les risques liés à un investissement est important. Mais comment savoir à l'avance ce que ces risques pourraient être, ceux que vous êtes prêt à prendre, et ceux qui ne valent pas le coup d’être  pris ? Il ya trois étapes de base pour évaluer les risques :

1.    Comprendre les risques posés par certaines catégories de placements :
La première étape de l'évaluation du risque d'investissement est de comprendre à quels types de risques une catégorie ou un groupe d'investissements, appelé « classe d'actifs », peut-vous exposer. Par exemple, actions, obligations et liquidités sont considérées comme des classes d'actifs distincts car chacun d'eux fait fructifier votre épargne de manière différente. Par conséquent, chaque classe d'actifs présente des risques particuliers qui peuvent ne pas présenter les caractéristiques des autres classes. Si vous comprenez ce que ces risques sont, vous pouvez généralement prendre des mesures pour atténuer ces risques.

2.    Déterminer le type de risque qui vous pose le moins de problème :
La deuxième étape consiste à déterminer le type de risque que vous pouvez prendre à un moment donné. Comme il est rarement possible d'éviter entièrement le risque d'investissement, l'objectif de cette étape est de déterminer le niveau de risque qui est approprié pour vous et à votre situation. Votre décision sera alimentée en grande partie par :

  • Votre âge ;
  • Vos objectifs et le calendrier pour les atteindre ;
  • Vos responsabilités financières ;
  • Autres ressources financières.

3.    L'évaluation des investissements spécifiques :
La troisième étape est l'évaluation des investissements spécifiques que vous envisagez dans une classe d'actifs. Il est important de se rappeler que la gestion du risque d'investissement n’est pas seulement de décider quoi acheter et quand l'acheter, mais aussi ce qu'il faut vendre et quand le vendre.

Vous pouvez suivre cette démarche, seul ou avec l'aide d'un ou plusieurs professionnels de l'investissement, ayant une expertise dans ces domaines.
 

- Adoptez une vision globale :

Bien que les performances passées d'un investissement ne garantissent  pas les rendements futurs, l’analyse du passé reste encore un outil important. Elle peut vous alerter sur les types de pertes, dont vous deviez être préparé pour. Ça permet une prise de conscience qui est essentielle à la gestion de vos risques. L’analyse du passé peut également vous dire quelles classes d'actifs ont enregistré les rendements les plus élevés et quel est leur rendement moyen.

Une autre façon d'évaluer le risque d'investissement est de rester à l'écoute de ce qui se passe sur le marché. Par exemple, les professionnels de l'investissement qui apprennent qu'une entreprise est inspectée par l'organisme de réglementation de tutelle peuvent décider qu'il est temps de vendre ses titres détenus par leurs propres clients ou qu'ils détiennent dans leurs propres comptes. De même, les troubles politiques dans un secteur particulier pourraient augmenter le risque d'investir dans ce secteur. Comme vous ne voulez pas réagir de façon excessive, vous ne voudriez pas, non plus, prendre des risques dont vous n’avez pas une parfaite connaissance.
 

- Investir pour minimiser le risque :

Alors que certains investisseurs acceptent un niveau de risque élevé en investissant dans de l'or ou dans l’immobilier, la plupart des gens cherchent à minimiser les risques tout en réalisant un rendement satisfaisant. Si c'est votre approche, vous pouvez envisager deux stratégies d'investissement de base : l'allocation d'actifs et la diversification.

Allocation d’actifs :
Lorsque vous procédez à l’allocation de vos actifs, vous décidez, habituellement d’un pourcentage de base, c'est-à-dire, quelle portion de votre portefeuille total investir dans différentes classes d'actifs, généralement actions, obligations, ou de trésorerie. Vous pouvez faire ces investissements, soit directement par l'achat de titres individuels ou indirectement par le choix des fonds qui investissent dans ces titres.

L'allocation d'actifs est un outil utile dans la gestion du risque systémique parce que les différentes catégories de placements réagissent de manière différentes à l'évolution des conditions économiques et politiques. En incluant les différentes classes d'actifs dans votre portefeuille, vous augmentez la probabilité que certains de vos investissements produisent des rendements satisfaisants, même si d'autres produisent des pertes ou des rendements nuls. Autrement dit, vous réduisez le risque de pertes importantes qui peuvent résulter d’une concentration sur une seule classe d'actifs, quelque soit la nature des émetteurs des titres de cette classe.

Utilisation de la diversification :
Lorsque vous diversifiez, vous répartissez l'argent que vous avez affecté à une classe d'actifs particuliers, comme les actions, sur diverses catégories d'investissements qui appartiennent à cette même classe d'actifs. Ces petits groupes sont appelés sous-classes. Par exemple, dans la catégorie actions vous pouvez choisir des sous-classes basées sur une capitalisation boursière différente : investir dans des grandes entreprises ou dans des fonds qui investissent dans les grandes entreprises, des entreprises de taille moyenne ou  des fonds qui investissent en eux, ou bien investir dans des petites entreprises ou des fonds qui investissent en eux. Vous pouvez également inclure les titres émis par des sociétés qui représentent différents secteurs de l'économie, tels que les sociétés de technologie, les entreprises manufacturières, les sociétés pharmaceutiques et les sociétés de services publics.

De même, si vous achetez des obligations, vous pouvez choisir les obligations des différents émetteurs, l’Etat ou les obligations garanties par l’état ou les obligations privés.
 

- Mesure du risque :

Vous ne pouvez pas mesurer le risque en le mettant sur une échelle ou le comparant à un critère. Une façon de mettre le risque d'un investissement particulier dans son contexte, connu sous l’appellation prime de risque dans le cas des actions ou de la prime de défaut dans le cas des obligations, est d'évaluer son rendement par rapport au rendement d'un placement sans risque.

Existe t-il un placement sans risque ? Celui qui se rapproche le plus est le bons du Trésor. Cet investissement sert de référence pour évaluer le risque d'investir en action pour deux raisons :

  • La durée court terme, ce qui réduit considérablement le risque de réinvestissement ;
  • Le soutien de l’état, ce qui élimine pratiquement le risque de défaut ou de crédit.

Les obligations à long terme du Trésor est la norme sans risque pour évaluer le risque posé par un défaut des obligations d'entreprises. Bien que les deux soient vulnérables au risque d'inflation et le marché, le bon du Trésor est considéré comme exempte de risque de défaut.

Haut de page


 

Evaluation des performances


Le choix des investissements n'est que le début de votre démarche en tant qu'investisseur. Avec le temps, vous aurez besoin de surveiller le rendement de vos investissements pour voir comment ils contribuent ensemble dans votre portefeuille à l’atteint de vos objectifs. De manière générale, la performance signifie que la valeur de votre portefeuille est en constante augmentation, même si un ou plusieurs de vos placements peut avoir perdu de la valeur.

D'autre part, si vos placements ne génèrent aucun rendement ou la valeur de votre compte est en baisse, vous aurez à déterminer pourquoi et décider de votre prochaine action. En outre, parce que les marchés changent tout le temps, vous aurez envie d'être attentifs aux possibilités d'améliorer les performances de votre portefeuille, peut-être en se diversifiant dans un autre secteur de l'économie ou allouer une partie de votre portefeuille d'investissements internationaux. Pour libérer des disponibilités afin de procéder à ces nouveaux investissements, vous voudrez peut-être vendre des placements individuels dont la performance a été décevante en n'abandonnant pas la répartition de l'actif que vous avez choisi de manière appropriée.

Pour évaluer dans quelle mesure vos placements sont faits, vous devrez tenir compte de plusieurs façons différentes de mesurer la performance. Les mesures que vous choisirez dépendront de l'information exacte que vous recherchez et les types de placements que vous possédez. Par exemple, si vous avez une action que vous espérez vendre à court terme avec plus value, vous pouvez être plus intéressés à savoir si son prix de marché est à la hausse, a commencé à baisser, ou semble avoir atteint un plafond. D'autre part, si vous êtes un investisseur de type « acheter pour conserver » vous êtes plus concerné par la valeur de l’action dans 15 ou 20 ans. Dans ce cas, vous serez plus intéressé de savoir si l’action a des perspectives de croissance des bénéfices et semble être en bonne position pour une expansion future.

En revanche, si vous êtes un investisseur prudent et que vous approchez l’âge de  la retraite, vous pouvez être principalement intéressé par les revenus produits par vos placements. Vous voudrez peut-être comparer le taux d'intérêt de vos obligations et certificats de dépôt par rapport aux taux actuels du marché et évaluer le rendement des OPCVM actions que vous avez acheté. Bien sûr, si les taux du marché sont en baisse, vous risquez d'être déçu par rapport aux opportunités de réinvestissement à l’échéance de maturité de vos obligations. Vous pourriez même être tentés d'acheter des placements avec une cote plus faible dans l'attente d'obtenir un rendement potentiellement plus élevé. Dans ce cas, vous souhaitez utiliser une mesure de performance qui évalue les risques que vous prenez pour obtenir les résultats que vous voulez.

Dans la mesure du rendement des investissements, vous voulez être sûr d'éviter de comparer des pommes avec des oranges. Trouver et appliquer les normes d'évaluation standards qui conviennent à vos investissements est important. Dans le cas contraire, vous pourriez finir par tirer de mauvaises conclusions. Par exemple, il n'y a guère de raison de comparer le rendement d'un OPCVM de croissance avec le rendement d'un bon du Trésor, car ils ne remplissent pas le même rôle dans votre portefeuille. Au lieu de cela, vous voulez mesurer le rendement d'un OPCVM de croissance par les normes d’évaluation d’autres investissements de croissance, comme un fonds indiciel.

Le rendement, qui est généralement exprimée en pourcentage, est une mesure du revenu qu’un investissement génère pendant une période déterminée, généralement une année, divisé par le prix de l'investissement. Toutes les obligations ont des rendements, de même que les actions productives de dividendes, la plupart des OPCVM et les comptes bancaires y compris les certificats de dépôt (CD).

Lorsque vous achetez une obligation à son émission, son rendement est le même que son taux d'intérêt nominal. Le rendement est calculé en divisant les d'intérêts reçus chaque année par la valeur nominale, habituellement 10 000 DH. Donc, si vous collectez 500 DH en intérêts sur une obligation de 10 000 DH, le rendement est de 5%.

Toutefois, les obligations acquises après l'émission sur le marché secondaire ont un rendement différent du taux de coupon déclaré parce que le prix que vous payez est différent de la valeur nominale. Les rendements obligataires montent et descendent en fonction de la cote de crédit de l'émetteur, l'environnement de taux d'intérêt et la demande générale du marché des obligations. Le rendement d'une obligation en fonction de son prix sur le marché secondaire est connu sous l’appellation rendement actuel de l'obligation.

Le retour sur investissement est toute somme d’argent que vous gagnez ou perdez sur un investissement. Pour trouver le retour sur investissement, vous ajoutez le changement de valeur en plus ou en moins à compter de la date d’investissement à tous les revenus que vous avez recueillies de cet investissement dont l'intérêt ou les dividendes. Pour trouver le retour sur investissement en pourcentage, vous divisez la variation de valeur de l’investissement, plus le revenu généré par le montant que vous avez investi.
 

- Les gains et pertes en capital :

Les investissements sont également connus comme des actifs financiers. Si vous faites de l'argent en vendant l'un de vos actifs pour un prix plus élevé que vous avez payé pour les acquérir, vous avez un gain en capital. En revanche, si vous perdez de l'argent sur la vente, vous avez une perte en capital. Gains et pertes en capital peuvent être un facteur important dans les performances de votre portefeuille, surtout si vous êtes un investisseur actif qui achète et vend fréquemment.
 

- Contrôle de performance :

L'un des éléments les plus importants que vous pouvez faire lorsque vous assurer le suivi de vos investissements est de définir les attentes. Un pourcentage de rendement qui pourrait être considéré comme fort dans un environnement de marché donnée pourrait être considéré comme faible dans un autre. Il n'y a pas une seule norme immuable. Par exemple, que toutes les actions doivent produire un certain rendement chaque année. Au lieu de cela, les normes de rendement sont des cibles mobiles. C'est pourquoi il est important de juger un investissement dans le cadre de votre stratégie de portefeuille, ainsi que contre un benchmark ou une référence de base.

En général, lorsque les investisseurs se réfèrent à la performance du marché boursier, ils font en fait référence à la performance d'un indice qui permet de suivre les actions les plus représentatives du marché. L'indice est un indicateur qui donne l’orientation  générale du marché dans son ensemble, ou des segments particuliers du marché. Les investisseurs utilisent ces indices comme benchmark pour voir comment certains investissements ou des combinaisons des investissements se comportent.

Haut de page


 

Comprendre les recommandations des analystes financiers


Les analystes terminent souvent leur rapport d’analyse sur le titre d’un émetteur avec une recommandation. Chaque analyste note le titre en fonction de son analyse et de son opinion sur le titre. Cette note ou recommandation diffère d’un analyste à un autre, elle se résume en un ou deux mots :

Achetez, Vendez, Conservez, Accumulez, Allégez, fortement recommandé, A éviter, surperforme etc.


Quelque soit la recommandation d’un analyste ou un consensus d’analystes, il faut toujours rester vigilant lors du choix d’un investissement. Il faut toujours se poser les questions suivantes :

Est-ce que cet instrument financier est adapté pour répondre à mon besoin ?


Une recommandation « achetez » ne signifie pas que chaque investisseur doit acquérir les actions en question, ni une recommandation «vendez» ne signifie que chaque investisseur doit immédiatement vendre ses actions. Le plus important c’est votre propre situation financière et vos besoins d'investissement. Acheter ou vendre un titre doit répondre en premier lieu à vos objectifs d’investissement.

Il ne faut pas compter uniquement sur les recommandations des analystes financiers. Il faut les confronter à d’autres rapports plus complets.

Lors de l’évaluation des recommandations des analystes, il faut garder à l’esprit que les recommandations ou conseils gratuits sont probablement conçus pour répondre à un besoin très précis d’une tierce partie. Pour que ces recommandations soient adaptées pour vous, il va falloir se payer les services d’un analyste pour des analyses sur mesure.

Un moyen pratique de résumer la plupart des conseils dans cette rubrique est de se souvenir, «Avant d'investir, d'enquêter » Cela peut sembler un simple slogan, mais en fait, il est de bons conseils. Parce qu'il n'y a pas de substitut pour les investisseurs qui savent regarder au-delà des recommandations d'analystes - ainsi que des intermédiaires qui travaillent pour les aider à le faire.

Haut de page


 

Données d’une séance boursière


http://www.casablanca-bourse.com/bourseweb/Cours-Valeurs.aspx?Cat=24&IdLink=300
Ou résumé marché Service Enquêtes & Surveillance

Haut de page


 

Trading en ligne


Le trading électronique est la possibilité d’acheter ou de vendre des titres en ligne à travers internet. Il est toute fois obligatoire de passer par un intermédiaire financier qui offre ce genre de service.

Les avantages du trading en ligne :

  • Il permet à l’investisseur de transmettre ses ordres à n’importe quel moment et contrôler ses investissements ;
  • Information financière en temps réel notamment sur les carnets d’ordres ou les émetteurs ;
  • Diminution du nombre d’intermédiaires ;

Le trading en ligne rend l’investissement plus souple.
 
Pour les investisseurs qui souhaitent investir en ligne, il est recommandé de prendre en compte ce qui suit :

  • Demander à l’intermédiaire des outils pédagogiques (manuel d’utilisation…)
  • Prendre le temps nécessaire avant toute décision, le trading en ligne permet d’enregistrer et d’envoyer les ordres de bourse plus rapidement qu’en mode classique alors que les décisions d’investissement doivent être réfléchies ;
  • L’enregistrement des transactions en ligne nécessite une concentration de la part des investisseurs pour éviter les risques d’erreurs ;
  • Il faut prendre en compte le flux d’ordre lors d’une séance active au moment de l’introduction du prix ou du type d’ordre ;
  • Il faut toujours s’assurer de l’exactitude des avis d’opérés ;
  • Il faut être conscient des limites et risques liés à la technologie et donc de possibles dysfonctionnements du système de transmission d’ordres ;
  • Il faut s’assurer auprès de l'AMMC que l’intermédiaire est autorisé d’offre ce service.

Haut de page

Text Resize